Revue Apprendre et enseigner aujourd’hui – Appel de textes – Volume 8 no 1

L’appel de textes pour notre prochain numéro de la Revue Apprendre et enseigner aujourd’hui est maintenant disponible. Enseignants, conseillers pédagogiques, professeurs et chercheurs universitaires et intervenants, Partagez vos expériences, réflexions et pratiques!

Revue Apprendre et enseigner aujourd’hui – Appel de textes – Volume 8 no 1

L’innovation en éducation: comment faire autrement pour améliorer ce qui existe?

Au XXIe siècle, souvent qualifié de siècle de changements, de profondes mutations entraînent à modifier nos façons de penser, les structures de nos institutions, nos approches quant à la façon d’organiser notre quotidien, qu’il soit professionnel ou personnel. Ces mutations, comme nous l’avons vu dans notre dernier numéro, sont également présentes en éducation. Au-delà de plaidoyers pour une façon de repenser l’éducation, le travail sur le terrain, dans les écoles, dans les classes est souvent appelé à se renouveler, à innover.

S’il est un mot représentatif du XXIe siècle, le mot innovation est présent dans plusieurs secteurs, incluant l’éducation. D’ailleurs, on retrouve un ministère de l’innovation au sein du gouvernement québécois (Économie, Science et Innovation). Quelle définition peut-on donner au mot innovation? L’OCDE, dans son document intitulé Manuel d’Oslo1, donne cette définition: Une innovation est la mise en oeuvre d’un produit (bien ou service) ou d’un procédé nouveau ou sensiblement amélioré, d’une nouvelle méthode de commercialisation ou d’une nouvelle méthode organisationnelle dans les pratiques de l’entreprise, l’organisation du lieu de travail ou les relations extérieures. L’innovation se distingue donc de l’invention car elle s’inscrit dans une perspective applicative.

En éducation, comment s’inscrit l’innovation? Dans son rapport annuel 2004-2005, le Conseil supérieur de l’éducation (CSE)2 donne la définition suivante: Un processus délibéré de transformation des pratiques par l’introduction d’une nouveauté curriculaire, pédagogique ou organisationnelle qui fait l’objet d’une dissémination et qui vise l’amélioration durable de la réussite éducative des élèves ou des étudiants. L’innovation en éducation implique donc de rassembler les concepts de nouveauté et d’amélioration dans une perspective de durabilité. Citant le Centre pour la recherche et l’innovation dans l’enseignement mis sur pied par l’OCDE, le CSE souligne quatre sources qui sont susceptibles d’alimenter l’innovation:

  • Les connaissances scientifiques qui fournissent une base solide au développement d’innovations
  • La collaboration entre praticiens et utilisateurs qui favorise l’émergence de pratiques innovantes
  • Des structures souples et modulaires (par exemple l’enseignant, sa classe, etc) qui permettent à des individus ou à des petits groupes d’innover librement
  • Les technologies de l’information et de la communication qui peuvent devenir un puissant levier pour la transformation des activités.

Dans un tel contexte, comment les pratiques actuelles peuvent-elles être améliorées? Comment l’amélioration d’une pratique est-elle innovatrice? Qui sont les agents novateurs en éducation? Est-ce que tout changement est gage d’innovation? Quels sont les exemples actuels en éducation qui pourraient être des modèles d’innovation?

Le comité de rédaction de la revue est donc à la recherche de réflexions sur l’innovation en éducation, de témoignages touchant des projets qui constituent des pratiques innovantes. Nous sollicitons donc vos propres expériences, vos réflexions et vos pratiques. Nous faisons appel aux enseignants, aux conseillers pédagogiques, aux professeurs et chercheurs universitaires ainsi qu’aux intervenants dans le milieu de l’éducation intéressés par cette thématique.

Date limite : 2 aout 2018

Envoi : louise.trudel@conseil-cpiq.qc.ca